Bien préparer sa cession d’entreprise

Une cession d’entreprise nécessite beaucoup de préparation en amont, pour que cette opération complexe aux multiples conséquences soit synonyme de réussite.

Pierre-Emmanuel Joseph, associé fondateur de Hubsys et co-éditeur du site Gestion & Patrimoine, vous donne les clés pour mener à bien votre cession d’entreprise.

 

Les dirigeants d’entreprise anticipent-ils suffisamment leur fin d’activité ?

Hélas non, car un dirigeant est toujours dans l’action. La transmission de son entreprise est rarement l’une de ses priorités, il y consacre donc peu de temps et s’intéresse à la question souvent trop tard.

 

A partir de quel moment doit-il réfléchir à sa succession ?

Qu’il s’agisse d’une transmission à ses enfants ou à un autre repreneur ou d’une vente, une cession d’entreprise doit s’envisager autour de 55 ans. La plupart du temps, il faut compter une période minimale de dix ans entre la prise de décision et la cession effective.

 

Pourquoi est-ce si long ?

Une cession d’entreprise est réussie lorsqu’elle est bien préparée. Elle ne doit donc pas se focaliser exclusivement sur le futur de l’entreprise et les outils de transmission.

Les dirigeants qui envisagent de transmettre doivent réfléchir « à l’envers » et commencer par définir leur objectif final personnel en tenant compte de leur avenir lorsqu’ils ne seront plus en activité.

 

C’est-à-dire ?

Si l’objectif du dirigeant est de transmettre son entreprise à titre gratuit, il doit s’assurer de disposer de suffisamment de revenus à la retraite. Si ce n’est pas le cas, il peut envisager, par exemple, une solution mélangeant donation et cession d’entreprise pour récupérer un capital.

Il existe toute une large palette de solutions entre une transmission partielle et une cession totale de l’entreprise.

 

Quelle est la problématique principale qui revient dans toutes les transmissions ?

Celle de l’immobilier. Lorsqu’il lance son activité, un dirigeant y consacre tout son capital et ses moyens et achète de l’immobilier via son entreprise. Les biens acquis (bureaux, entrepôts, commerces,…) deviennent alors des actifs de son entreprise.

Au moment de la cession, cet immobilier peut être cédé avec l’entreprise ou apporté à une SCI, créée par le dirigeant, qui louera ensuite les biens à la société.

La solution à privilégier dépend des objectifs du chef d’entreprise : préfère-t-il percevoir un capital ou s’assurer des revenus réguliers.

 

Comment conseillez-vous les dirigeants qui réfléchissent à une transmission ?

Nous démarrons toujours par un audit patrimonial et civil. Par exemple, si le dirigeant est marié en séparation de biens, un classique chez les chefs d’entreprise qui optent pour ce régime pour protéger le patrimoine propre de leur conjoint, il peut être opportun de le modifier avant la cession.

Nous tenons aussi compte de la situation fiscale, car si les biens professionnels sont exonérés d’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune), ils sont imposés lorsque le dirigeant n’a plus de rôle actif au sein de sa société. Il faut donc calculer le frottement fiscal d’une cession d’entreprise et l’intégrer aux calculs.

 

Outre sa situation personnelle, à quoi un dirigeant doit-il réfléchir ?

S’il compte transmettre son entreprise à l’un de ses enfants, et pas aux autres, il ne doit surtout pas négliger l’aspect psychologique que sa décision aura sur la cohésion familiale. Nous l’encourageons à réunir tous ses héritiers pour parler avec eux et expliquer son choix.

Cette étape est nécessaire car tous les héritiers doivent s’accorder pour qu’une transmission fonctionne. En effet, le Pacte Dutreil, formidable outil pour la transmission d’entreprise, impose plusieurs conditions pour être mis en place (engagement de conservation des titres, gérant choisi parmi les signataires du pacte,…).

 

Pour aller plus loin :

Transmission d’entreprise : comment fonctionne le pacte Dutreil ? (Le Monde – 07/01/2017)

Pacte Dutreil transmission : les cinq erreurs à éviter (Les Echos 07/02/2017)

– Transmission ou reprise d’une entreprise (Fiche pratique officielle du Service Public)

– Transmission d’entreprise : les vertus fiscales de l’anticipation ( Les Echos – 13/06/2017)

Nous contacter
Besoin d'un conseil avisé ?

Besoin d'un conseil avisé ?

Contactez-nous et bénéficiez de l'expertise de nos conseillers. Prendre rendez-vous ?
Nos experts sont présents sur toute la France.
Vous n’avez coché aucune case.
Confirmez-vous que vous ne souhaitez pas vous inscrire aux informations de Gestion & Patrimoine ?

* Champs obligatoires.

Envoi

Votre demande a bien été prise en compte. (contact)

Nous avons bien reçu votre demande de conseil.
Nous vous recontacterons sous 2 jours pour échanger avec vous sur vos besoins.

CONTINUER SUR LE SITE

Besoin d’un conseil avisé ?

Laissez-nous vos coordonnées
et bénéficiez de l'expertise de nos conseillers.
Prendre rendez-vous ?
Nos experts sont présents sur toute la France et au Luxembourg.

Vous n’avez coché aucune case.
Confirmez-vous que vous ne souhaitez pas vous inscrire aux informations de Gestion & Patrimoine ?

* Champs obligatoires.

Envoi

Votre demande a bien été prise en compte.

Nous avons bien reçu votre demande de conseil.
Nous vous recontacterons sous 2 jours pour échanger avec vous sur vos besoins.

CONTINUER SUR LE SITE

Télécharger l'étude en complétant le formulaire

Vous n’avez coché aucune case.
Confirmez-vous que vous ne souhaitez pas vous inscrire aux informations de Gestion & Patrimoine ?

* Champs obligatoires.

Envoi

Votre demande a bien été prise en compte.

Vous allez recevoir par e-mail le lien vous permettant de télécharger notre étude.

Nous vous remercions de votre confiance.

Abonnez-vous à notre newsletter

Newsletter 2 PopUp (form 4 intégré)
Envoi
Déjà abonné ? Cliquez-ici.